Ville de Fès


Fès (ou Fez selon l'ancienne orthographe) est la troisième plus grande ville du Maroc. Sa fondation est traditionnellement située au début du IXe siècle, sous le règne d'Idriss II, mais certains historiens la font remonter à la fin du VIIIe siècle, sous le règne d'Idriss Ier, père du précédent. Sa médina, la plus vieille (avec celle de Tunis) et la plus grande du monde, est placée sous la protection de l'UNESCO.
Elle est inchangée depuis le XIIe siècle. Le bleu profond de ses céramiques est l'un des symboles de Fès. Son rayonnement international passé, en fait l'une des capitales de la civilisation arabo-musulmane aux côtés de Damas, Bagdad, Cordoue, Tlemcen, Grenade... Selon une légende, le nom de la ville viendrait de la découverte d'une pioche à l'emplacement des premières fondations.
Fès ne se livre pas facilement. Pour y accéder, il faut rentrer par la grande porte, à la fois visible et voilée, du sacré. Car Fès est un sanctuaire. C'est ainsi d'ailleurs que les soufis, ces initiés de l'islam, l'ont toujours appelée : la Zaouïa.
Le voyageur qui venait de loin savait qu'en arrivant aux portes de la ville, c'est à son fondateur et à son saint patron lui-même qu'il demandait l'hospitalité. Pour lui, Fès est la ville de Moulay Idriss.
Beaucoup de fassis connaissent encore par cœur ce que les chroniqueurs rapportent comme étant les paroles, lors de la prière inaugurale, du saint :

" Ô Dieu, Tu sais que je n'ai pas construit cette ville par vanité, par désir de renommée ou par orgueil. Mais je voudrais que tu y sois adoré, que Ton Livre y soit Lu et Ta Loi appliquée tant que durera le monde. Ô Dieu, guide vers le bien ceux qui y habitent et aide les à l'accomplir, voile à leurs yeux l'épée de l'anarchie et de la dissidence… ".

Fès, qui fut pendant plusieurs siècles une capitale politique et intellectuelle du Maroc, était devenue un centre de rencontres et d'échanges. On rapporte que Sylvestre II (Gerbert d'Aurillac), Pape de 999 à 1003, y séjourna dans sa jeunesse pour y faire des études à la suite desquelles il introduisit les chiffres arabes en Europe. Maïmonide, médecin et philosophe juif, y vécut également quelques années durant lesquelles il enseigna à la Quaraouiyine. L'œuvre de ce philosophe est une merveilleuse illustration de cette symbiose de la culture judéo-islamique qui avait prévalue en Andalousie, et trouvé un écho similaire à Fès.


Plan de la ville de Fès

# Le plan de la ville de Fès

(Histoire de la ville sur Wikipédia)

Pour lancer l'affichage, cliquer sur les photos


Les portes du Palais, à côté de la Médina  Fez vue des hauteurs de la ville  Vue sur la Médina  L'atelier d'un potier  Un exemple de réalisation : une table de jardin 

Le magasin de vente et les assiettes au mur  Les tanneurs et les bassins de traitement des peaux  Les bassins de traitement  La coloration des peaux  Les bassins de traitement et de coloration des peaux 

Vue sur la Médina avec les peaux qui sèchent au premier plan  Ballade dans la Médina  Les portes d'une des Mosquées dans la Médina  Le dôme d'une des portes  Les articles en métal, cuivre, fer blanc, etc. 

Le quartier des teinturiers  Une banquette utilisée pour les mariages  Des robes Marocaines pour les cérémonies  Le tissage à la Marocaine pour les touristes  Une, des multiples boutiques de vente de tapis 

Le travail des artisans  Une boutique artisanale pour les touristes  Une boutique  Le minaret d'une mosquée aperçu depuis les toits de la Médina  Une des plus vieilles tours ou minaret de la Médina 

Dans la Médina  Panoramique sur la Médina  Vue de la Médina depuis les toits 

Mise à jour le 12.11.2015
Accueil